Sivut kuvina
PDF
ePub

ESSAI PHILOSOPHIQUE

SUR LES

PROBABILITÉS,

PRÉCÉDÉ D'UNE

NOTICE HISTORIQUE SUR LE CALCUL DES PROBABILITÉS;

PAR

LA PLACE.

D'Après La
CINQUIÈME ÉDITION,

REVUE ET AUGMENTÉE PAR L'AUTEUR.

BRUXELLES, CHEZ H. REMY, IMPRIMEUR-LIBRAIRE.

RUE DES PAROISSIENS, N° 232 , ET A LA LIBRAIRIE BELGE, RUE DES PIERRES, No 1141.

1829.

Des Illusions dans l'estimation des Probabilités. Page 140

Des diverses causes d'illusion.

Un grand nombre de ces causes tiennent aux lois de la Psychologie,

ou, ce qui revient au même, de la Physiologie étendue au-delà des

limites de la Physiologie visible.

Lois de Psychologie.

Principe de la sympathie.

Principes de l'association des idées.

Modifications du sensorium et des impressions intérieures d'un

objet, par l'impression souvent répétée du même objet sur plusieurs

sens.

Influence réciproque des impressions reçues simultanément par le

même sens, ou par des sens différens, ou rappelées par la mémoire.

Le penchant qui nous porte à réaliser les objets de nos impressions
tient à un caractère particulier qui distingue ces impressions, des pro
duits de l'imagination et des traces de la mémoire. Ce penchant trompe
dans les rêves et dans les visions.

Des somnambules et des visionnaires.

Le penchant qui nous porte à croire à l'existence passée des objets

rappelés par la mémoire , tient à un caractère particulier qui distingue

ces traces, des produits de l'imagination.

Effets de la mémoire.

Par de fréquentes répétitions, les opérations et les mouvemens du
sensorium deviennent faciles et comme naturels.

Effets de cette facilité sur les moeurs et sur les habitudes des peuples.
De la transmission des habitudes, par voie de génération.
Influence de l'attention sur les opérations de l'entendement humain.
Explication des effets des panoramas.

La répétition d'actes pareils à ceux qu'une disposition particulière

du sensorium, produirait, peut faire naître cette disposition.

Influence de ce principe sur la croyance.

Comment on peut détruire les illusions qui en résultent.

Les vibrations du sensorium et les mouvemens qu'elles produisenl,

sont assujétis aux lois de la Dynamique. .

Des divers moyens d'approcher de la certitude. 176

FIN DE LA TABLE.

SUR LE

CALCUL DES PROBABILITÉS.

Depuis long-temps, on a déterminé, dans les jeux les plus simples, les rapports des chances favorables ou contraires aus joueurs : les enjeux et les paris étaient réglés d'après ces rapports. Mais personne , avant Pascal et Fermat , n'avait donné des principes et des méthodes pour soumettre cet objet au calcul, et n'avait résolu des questions de ce genre, un peu compliquées. C'est donc à ces deux grands géomètres qu'il faut rapporter les premiers élérnens de la science des probabilités, dont la découverte peut être mise au rang des choses remarquables qui ont illustré le XVIle siècle, celui de tous qui fait le plus d'honneur à l'esprit humain. Le principal problème qu'ils résolurent par des voies différentes, consiste , comme on le verra dans cet ouvrage , à partager équitablement l'enjeu , entre des joueurs dont les adresses sont égales, et qui convien. nent de quitter une partie, avant qu'elle finisse ; la condition du jeu étant que pour gagner la partie , il faut atteindre, le premier, un nombre donné de points différent pour chacun des joueurs. Il est clair que le partage doit se faire proportionnellement aux probabilités respectives des joueurs, de gagner cette partie, probabilités dépendantes des nombres de points qui leur manquent encore. La méthode de Pascal est fort ingénieuse, et n'est, au fond, que l'équation aux différences partielles de ce problème, appliquée à déterminer les proba

« EdellinenJatka »