Sivut kuvina
PDF

IO IlI°. CLAssE. Histoire.

l'auteur avait été à portée de s'instruire à la cour de Catherine de Bourbon et à celle de Henri IV.

Les observations des éditeurs, placées à la fin de chaque volume, forment des supplémens d'un grand intérêt, tant aux vies de Brantôme qu'à la chronologie septénaire.

2Tableau comparatif de l'histoire

, moderne,ouvrage adopté comme classique ou élémentaire pour · les lycées, les écoles secondaires, etc., faisant suite au Tableau comparatif de l'histoire ancienne du même auteur; par

, M. le Prévôt d'Iray. in - folio. Imprimerie Impériale. Prix des deux, 7 fr. 5o c.– 9 fr. .

La fin du dix huitième siécle ; aventures curieuses et intéressantes tirées de manuscrits originaux, pour servir de maté

, riaux et de pièces justificatives à l'histoire de la République française. Nouv. édition. 1 vol. in-8°. Debraux , rue Gît-leCœur, n°. 17. 2 fr.—3 fr.

Histoire philosophique de la · volution de France, depuis la première assemblée des Notables jusqu'à la paix de # 5

ar Ant. Fantin des Odoards. ð édition, revue et corrigée par l'auteur. Io vol. in-8°. Belin, Volland. 4o fr. —

Histoire de la rivalité de la France et de l'Espagne, con" tenant l'histoire de la rivalité, 1°. des maisons de France et dArragon ; 2°. des maisons de France et d'Autriche : précédée de l'histoire ancienne de l'Es

pagne, servant d'introduction ; par G. H. Gaillard. Seconde édition, augmentée par L. S. Auger. 8 vol. in-12. Duprat. 2o fr. —27 fr. 5o c.

Campagne des armées françaises en Prusse, en Saxe et en Pologne, sous le commandement de S. M. l'Empereur et Roi, en 18o6. Tome I in-8°. avec les portraits de S. M. l'Empereur, du grandduc de Berg, des maréchaux Berthier, Soult, Lannes, de Mœllendorf et M. Fox. 1 vol. in-8°. Buisson. 6 fr.-7 fr.

Mémoires historiques et inédits sur les révolutions arrivées en Danemarck et en Suède pendant les années 177o, 1771 , 1772 ; suivis d'anecdotes sur le pape Ganganelli et le conclave tenu après sa mort, et d'un récit historique sur l'abdication de Vicfor Amédée, roi de Savoie : par feu l'abbé Roman. Vol. in,8°. orné du portrait de Gustave III. Collin.4 fr. 5o c.—5 fr.75 c.

L'abbé Roman, lié avec des hommes de lettres distingués, et qui pouvoit l'être lui-même à ce titre, s'est toujours dérobé à la renommée que plusieurs de ses ouvrages auraient pu lui Proourer, tels que des poésies et des traductions de l'allemand et de l'italien, qui eurent dans le temps beaucoup de succès, et dont il eut la modestie de ne pas se déclarer l'auteur. Il y en avait encore plus de sa part à laisser ensevelis dans son portefeuille les mémoires sur les révolutions arrivées en Danemarck et en Suède, en 177o, en 1771 et I772, dont nous avons l'obligation à M. Au oste Couvret, son parent, de nous aire enfin jouir. Le mémoire sur la cour de Danemarck contient l'histoire des amours de Struensée et de la reine Mathilde, la révolution à laquelle ils ont donné lieu, le procès et la mort de Struensée et de Brandt. L'auteur nous apprend qu'il a écrit ce morceau d'histoire sur lelieu même de la scène, entouré des témoins de la catastrophe, dont il a consulté les récits, et, pour ainsi dire, confronté les persounes qui ont été acteurs eux-mêmes, et dont les noms , s'il lui était permis de les divulguer , inspireraient la plus grande confiance aux lecteurs.

, III°. CLAssE. Histoire. f r

Dans sa narration vive et animée , l'abbé Roman élague les détails oiseux, et peint à grands traits et les événemens et les hommes. Il s'arrête un peu plus sur les deux sentences qui condamnèrent à mort Struensée et Brandt. Il discute les griefs qui, dans ces deux jugemens, forment les bases des condamnations ; et cette discussion décèle un profond amour de la justice, et une haine tout aussi profonde pour le pouvoir absolu.

L'auteur a puisé encore dans le pays même les sources qui lui ont fourni son mémoire sur la révolution de Suède en 1772. On la lit encore avec intérêt, après même l'excellente histoire de cette révolution , par le célèbre Sheridan : c'est en faire suffisamment l'éloge.

Les anecdotes sur le pape Ganganelli, qui viennent à la suite, n'en méritent qu'un bien médiocre. Cependant la relation de la mort et de la maladie de ce pape, et la description des obsèques des souverains pontifes, que l'auteur a rejetées dans les notes, pourront intéresser les lecteurs ; ils le seront aussi par le récit historique de l'abdication du roi de Sardaigne, Victor. C'est sur des mémoires authentiques, quoique secrets, qu'il a écrit ce trait d'histoire ; et d'ailleurs, il a recueilli, pendant son séjour à Turin, dans ses conversations avec de vieux courtisans et d'autres hommes instruits, des lumières que les seuls manuscrits ne lui avaient pas fournis.

L'abbé Roman, comme on le voit,

avait voyagé dans une grande partie de l'Europe, et il avait mis à profit ses excursions ; il n'avait pas moins profité de son commerce avec plusieurs bons écrivains français ; on peut en ju# par son style qui, au mérite de l'éégance et de la pureté, réunit souvent celui de la chaleur et de l'énergie

Histoire de Pologne, depuis son origine jusqu'en 1795, époque du partage définitif de ce royaume entre la Russie, la Prusse et l'Autriche; précédée de détails.exacts sur la géographie, l'agriculture, le commerce , l'instruction, les mœurs, les coutumes et l'ancien gouvernement de la Pologne : par F. M. M***. 2 vol. in-8°. Fain et Comp. 1o fr. — 12 fr. 5o c.

En se l† de publier une histoire de la Pologne, depuis son origine vers le sixième siècle jusqu'à la fin du dixième siècle , avec un tableau géographique, statistique et politique de cette vaste contrée , l'auteur a cru devoir se resserrer dans le cadre étroit de deux volumes ; c'est sans doute parce

ue l'histoire de Pologne, par le chevalier de Solignac, lui a paru ne laisser rien à désirer dans notre langue sur cette intéressante histoire, jusqu'à l'époque où cet historien s'est arrêté.Aussi peut-on dire que, pour ces temps qui remplissent une vaste étendue de siècles, l'ouvrage que nous annonçons ici est moins une histoire qu'un abrégé historique ; cela suffisait pour préparer les lecteurs à l'histoire des deux partages de la Pologne, qui paraissent avoir été l'objet principal de l'auteur, et sur lequel en conséquence il s'est beaucoup plus étendu. Mais dans cette vue là même, on désirerait qu'il eût donné plus de développement au tab'eau géographique, statistique et politique que nous avons indiqué ci-dessus, parce qu'il nous éclairerait davantage sur les véritables causes de la dissolution de

[blocks in formation]

L'ouvrage tel qu'il est, pour les temps même antérieurs aux événemens qui ont entraîné et consommé l'anéantissement de la Pologne, comme état indépendant, aura néanmoins son utilité pour la portion considérable de lecteurs qui n'ont ni le temps ni la volonté de s'occuper de détails historiques d'une certaine étendue. Quant à la partie de l'ouvrage qui embrasse les deux partages avec leurs causes , et dont l'exposé remonte au règne de Stanislas - Auguste Poniatowsky, l'auteur y a donné l'étendue convenable ; mais elle n'a pas le mérite qu'il aurait pu lui procurer avec un peu plus de travail. Ce n'est qu'une série de pièces officielles rarement interrompue par la narration de l'historien. Au lieu d'en fondre toute la substance dans cette narration , comme l'ont toujours pratiqué les bons historiens, il les rapporte par guillemets. Sans doute dans ces pièces il en est plusieurs d'un grand intérêt, que des lecteurs curieux auraient regreté de ne pas connaitre en leur entier : mais il fallait les rejeter en forme d'appendice à la suite de l'histoire : elles auraient servi de pièces justificatives.

Coup-d'oeil rapide sur les causes réelles de la décadence de la Pologne, par M. de Komarzewski, ancien lieutenant-général des armées du roi et de la république de Pologne, etc...., et membre de plusieurs Sociétés savantes et littéraires. 1 vol.

[merged small][ocr errors]

Dans tout le cours de cet ouvrage, l'auteur est fidèle à son titre; c'est toujours un coup-d'œil rapide qu'il jette sur les événemens, sur leurs causes et leurs résultats ; mais c'est un coup-d'œil sûr et perçant.

Les Pacta-conventa qu'on fit signer à Henri-de-Valois , et qui devenus la base de tous les Pacta-conventa suivans, opérèrent successivement la dissolution de l'Etat , par la dégradation de la royauté et l'introduction d'une égalité monstrueuse , n'étaient, comme l'observe judicieusement l'auteur, que l'application des principes désorganisateurs qui prévalaient alors en Pologne, et qui depuis cette époque dirigèrent toujours constamment les délibérations publiques. Ces principes étaient, 1°. que le moindre pouvoir accordé au roi était préjudiciable à la liberté ; 2°. que la prérogative des grands généraux était un intermédiaire nécessaire entre le trône et la liberté; 5°. que des forteresses et une armée sur pied étaient dangereuses pour la liberté, et que d'ailleurs la noblesse était suffisammeut en état de défendre le pays ; 4°. que le veto ou la protestation d'un setil membre de la diète qui annulait ainsi toutes les délibérations , était l'égide de la liberté ; 5°. qu'aucun démembrement ne pouvait avoir lieu , parce que l'existence intégrale de la Pologne était nécessaire au maintien de l'équilibre en Europe ; 6°. que la jalousie des puissances limitrophes les empêcherait de s'entendre jamais au préjudice de la Pologne.

Les événemens qui suivirent et que l'auteur crayonne à grands traits , furent le développement funeste du danger de ces monstreux principes. Les règnes brillans d'Etienne § et de Sobieski sermèrent, pour quelque temps, lesyeux de la nation sur les symptômes cachés de sa décadence ; mais les accroissemens rapides de la puissance des Russes que les Polonais avaient tant de fois battus et qu'ils s'étaient accoutumés à mé

priser, auraient dû les éclairer sur tout

III°. CLAssE. Biographie. Voyages.

ce qu'ils avaient à craindre de ces dangereux vonsIns. Il faut lire dans l'ouvrage même tout le parti que la Russie sut tirer tant des troubles que les prétentions des dissidens firent naitre que des différentes confédérations qui se formèrent sur tous les points de la § et qui la déchirèrent si cruellement. Parvenue à démembrer la Pologne Par un premier partage , la Russie , sous le prétexte de rétablir le calme , eut l'insidieuse adresse de laisser des garnisons dans Varsovie et daus d'autres villes, avec un corps d'armée dans l'Ukraine. De ce moment il fut facile de prévoir l'envahissement entier de la Pologne, qui s'exécuta par le second partage. L'auteur a développé avec une grande sagacité la fausseté des mesures qui furent prises pour s'opposer à la coalition des trois puissances co-partageantes; il a enrichi sa narration de plusieurs pièces officielles d'un grand intérêt, et † ne trouverait pas facilement aileurs, telles, par exemple , que les séances d'un conseil de guerre dont les délibérations auraient pu sauver la patrie, si le défaut d'argent, la désorganisation de l'armée et surtout l'esprit olygarchique qui régnait toujours en ologne , n'avaient pas rendu inexécutables les sages dispositions qu'il avait proposées. L'auteur, appelé par son poste à la défense de la patrie , et dégagé par l'effet des lumières qu'il avait acquises, des préjugés qui gouvernaient en général la noblesse dont il faisait partie, a jugé avec impartialité les obstacles qui s'opposaient à l'établissement d'un meilleur ordre de choses; c'est dans le même esprit qu'il justifie la mémoire du dernier roi Poniatowski, attaqué avec trop de légèreté peut - être par un grand nombre d'écrivain. De l'exposé des circonstanccs où le malheur du temps avait placé ce prince, il semble résulter en effet que les souverains les plus estimables de la Pologne n'auraient pas mieux réussi que lui à retarder la ehute de cet état.

15

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

Description des Alpes grecques et cottiennes, ou Tableau historique et statistique de la Savoie, sous les rapports de son ancienneté, de son étendue, de sa population, de ses antiquités et de ses productions minéralogiques; suivi d'un précis des événemens militaires et politiques qui ont eu lieu dans cette province, depuis sa réunion à la France en 1792 jusqu'à la paix d'Amiens en 18o2 : par J. F. Albanis - Beaumont, membre honoraire des Sociétés des arts et des sciences de Londres. Tomes III et IV in-4°. formant la seconde et dernière partie, avec gravures et cartes.48 fr.-56 fr.

Nouveau Voyage dans la partie méridionale de l'Afrique , où l'on examine quelle est l'im, portance du Cap de BonneEspérance pour les différentes puissances de l'Europe, considéré comme station militaire et navale, comme boulevard du commerce et de la domination des Anglais dans l'Inde, comme centre des établissemens pour la pêche de la baleine dans les terres australes, et comme entrepôt commercial en temps de paix ; accompagné d'une description statistique de la colonie, rédigée sur les documens les plus authentiques; enrichi de huit belles cartes, contenant celle de la côte d'Afrique, de

[graphic]

14 - III°. CLAssE. Voyages.

uis la baie de la Table jusqu'à

a baie de Saldanha; des cartes de la baie de Bletersberg, d'Al† , de Mossel et de False-Bay;

e plan militaire de la péninsule du Cap et ceux de la baie de la Table et du Kaisna : par John Barrow ; traduit de l'anglais. 2 vol. in-8°. Dentu. I2 fr.-15fr.

[blocks in formation]
[blocks in formation]

gumes , des eaux-de-vie , des laines , des peaux , de l'huile de baleine, de la viande boucanée , de l'aloës, du savon , du tabac , etc.... Le cinquième et dernier chapitre renferme une description topographique et statistique du Cap. Le voyageur commence par un tableau général de l'étendue, du sol , du climat , des vents, des rivières, des montagnes , etc. Il

donne ensuite des notices sur la divi- .

[blocks in formation]
[graphic]
[graphic]
« EdellinenJatka »