Sivut kuvina
PDF
ePub
[ocr errors]

ATELIER DE M. H. VERNET.

Il est inutile sans doute de rappeler la diversité des talens de M. Horace Vernet, mais on ne saurait trop s'étonner de la facilité avec laquelle il travaille. L'activité de son esprit ne lui permet pas de rester un moment en repos, et lorsque son imagination est fatiguée d'un snjet, il la repose en s'occupant d'un autre. Ayant besoin de distraction, il s'en crée; il ne s'enferme pas pour travailler; ses élèves sont avec lui; chacun jouit de toute liberté dans l'atelier du maître.

On en voit ici la preuve, le modèle est en repos, attaché négligemment par sa longe; il semble éprouver quelque étonnement de ce qui se passe autour de lui. M. Horace Vernet, tenant encore la palette et fumant un cigare, s'escrime avec M. Ledieu, son élève. Près de lui est M. Eugène Lami sonnant de la trompette et s'appuyant sur un piano, dont s'accompagne M. Amédée de Bomplan. Auprès d'eux, on voit debout le général de la Riboissière, causant avec M. Athalin. Sur le devant est assis M. de Forbin et M. de Montcarville battant de la caisse.

De l'autre côté, MM. Montfort et Lehoux attendent que l'assaut d'armes soit fini, afin d'avoir la place nécessaire pour se boxer. Tout-à-fait à droite, sont, M. Langlois lisant un journal, M. de Jenueville fumant une pipe, et le docteur Hérault tenant un petit buste à la main.

Dans le fond, du même côté, est placé sur le mur le triomphe de Paul Émile, tableau de réception de M. Carle Vernel: dans l'angle de l'atelier, le buste de Joseph Vernet, dont le nom célèbre ne pouvait espérer une si brillante succession. Ce tableau, gravé par Jazet, est chez M. de la Riboissière. Larg., 2 pieds; haut., 1 pied 7 pouces.

[ocr errors]

H. VERNET'S PAINTING ROOM.

It no doubt is useless to recal the various talents of Horace Vernet, but the facility with which he works is truly wonderful. The activity of his mind does not allow him to rest a moment, and when his imagination is wearied with one subject, he rests by taking up another. Needing amusement, he creates it, but he never shuts himself up to study; his pupils are with him, each enjoying full liberty in their master's painting room. The proof of it is seen here; the model is at rest, carelessly fastened by his halter he appears to feel some astonishment at what is passing around him. Horace Vernet still holding his palette, and smoking a cigar, is fencing with M. Ledieu, one of his pupils. Near him is M. Eugene Lami blowing the trumpet and leaning on a piano, upon which M. Amédée de Bomplan is accompanying himself. Near these, General de la Riboissière is seen standing and talking with M. Athalin. In the fore-ground sit M. de Forbin and M. de Montcarville, the latter gentleman is beating the drum.

On the other side, M. Montfort and M. Lehoux wait that the fencing match be over, that they may have sufficient room to box. Quite to the right are M. Langlois, reading a newspaper; M. de Jenneville, smoking a pipe; and Dr. Hérault, holding a small bust in his hand.

In the back-ground, on the same side, is placed, on the wall, the Triumph of Paul Æmilius, Carle Vernet's presentation picture; and in the angle of the atelier, is the bust of Joseph Vernet, whose celebrated name could scarcely be hoped to be so brilliantly inherited.

This picture engraved by Jazet is in the possession of M. de la Riboissière.

Width 25 inches; height 20 inches.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic][merged small][merged small][subsumed][merged small]
[ocr errors][merged small]

Lorsque Prométhée eut formé l'homme, et qu'il l'eut animé du feu céleste, Jupiter, pour le punir de tant d'audace, ordonna à Vulcain de former une femme qui fùt douée par tous les dieux. Minerve lui donna la sagesse, Vénus la beauté, les Graces lui donnèrent l'art de plaire, Apollon lui apprit la musique, et Mercure l'éloquence; c'est de là qu'elle reçut le nom de Pandore, qui vient du grec Tav, plusieurs, dopov, dons. Jupiter aussi lui fit un présent, mais il fut bien funeste; ce fut une cassette dans laquelle se trouvaient renfermés tous les

maux.

Ainsi pourvue, Pandore fut transportée de l'Olympe par Mercure chez Prométhée; mais l'esprit méfiant et rusé de cet homme habile l'empêcha de recevoir une femme envoyée par le maître des dieux. Épiméthée, son frère, n'eut pas autant de réserve; il épousa Pandore, ouvrit sa boîte fatale, d'où sortirent tous les maux qui se répandirent sur la pauvre humanité.

Ce tableau, qui parut au salon de 1824, n'a jamais été gravé : sa couleur est agréable, et sa composition très gracieuse; cependant le peintre aurait dû éviter la longueur de la ligne perpendiculaire produite par l'une des jambes de Mercure en prolongement du corps de Pandore.

Haut., 9 pieds 8 pouces; larg., 7 pieds 10 pouces.

« EdellinenJatka »