Sivut kuvina
PDF

Le 6 mois, l'ancien Seogoun Yori tsoune quitta sa demeure ordinaire, et s'établit dans le jardin de Fósio Toki mori. Le l l du 7° mois, Yori tsoune partit de Kama koura, arriva le 28 à Miyako, et alla demeurer au Rokfara. Les troupes qui l'avaient accompagné retournèrent à Kama koura; Mioura-no Mitsi moura fut le seul qui versa des larmes en prenant congé de lui, et le pria de revenir un jour à Kama koura. Il était le deuxième fils de Yosi moura, et frère cadet de Yasou moura; il avait été depuis son enfance au service de Yori tsoune. Pendant la vie de Tsoune toki, le bruit avait déjà couru que Yori tsoune avait l'intention d'aller à Miyako ; maintenant Yori toki fit en sorte qu'il y fût envoyé plus tôt, à cause de l'attentat de Mitsi toki. Mioura-no Yasou moura, gendre de Yasou toki, était prince depuis plusieurs années; Toki yori prenait son avis sur l'administration. L'Akida-no zio-no souke Yosi kaghe était l'ami de Yori toki, il désirait d'être consulté et considéré autant que Yasou moura. Fósio Sighe toki, homme très-versé dans les lois et dans les formes du gouvernement, vivait depuis long-temps à Miyako; Toki yori le pria de venir à Kama koura, afin d'avoir recours à ses conseils; mais Yasou moura s'y opposa, et ce fut pour cette raison que Sighe toki n'y arriva que long-temps après. Le 12° mois, Sane ousi, qui était Taïziô daïsin, eut son congé; il fut remplacé par l'ancien Nadaïsin Minamoto-no Mitsi tosi, le Kwanbak Sane tsoune perdit la place de Sadaïsin, l'Oudaïsin Fousiwara-no Kane fira devint Sadaïsin, le Nadaïsin Tadaye Oudaïsin, et le Daïnagon Sane moto Nadaïsin. Le Seogoun Yori tsougou obtint alors le second rang de la quatrième classe. Le l" mois de la l" année du nengo Fo si (1247), Tsi sio-no Sane tsoune cessa d'être régent, et fut remplacé par Konoye-no Kane tsoune. Le 2° mois, Yori tsougou fit un voyage avec Toki yori. Le 4° mois, Kaghe mori, père de l'Akida-no zio-no souke Yosi kaghe, qui avait demeuré long-temps à Koya (Kao ye), arriva secrètement à Kama koura pour délibérer avec Toki yori sur la manière de se défaire de Mioura-no Yasou moura. L'exécution de ce projet aurait bouleversé tout Kama koura, car les accusations contre ce dernier et ses crimes y étaient encore ignorés. Le 5 mois, la sœur de Toki yori mourut. Celui-ci alla demeurer chez Yasou moura. Dans la nuit, ayant entendu un bruit semblable à celui que font ceux qui mettent leurs cuirasses, il se hâta de revenir chez lui. On sut que ce bruit avait été causé par Mitsi moura, qui avait eu l'intention de se révolter. Yasou moura obtint son pardon de Toki yori. Le 6" mois, Kaghe mori fit venir Yasou mori, fils de Yosi kaghe, tous ses parens et ses amis; il les chargea de se défaire de Yasou moura; celui-ci, quoique épouvanté d'une pareille attaque, se défendit vaillamment. Dès que Toki yori en fut instruit, il ordonna à Fósio Sane toki de garder le palais du Seogoun, et envoya aussitôt Fósio Toki sada avec des troupes pour tuer Yasou moura. Pendant le combat, Toki sada mit le feu à la demeure de Yasou moura, qui se retira alors avec ses parens et ses amis dans la maison Fokedo. Mitsi moura y combattit avec beaucoup de bravoure, mais à la fin, épuisé de fatigue, il se coupa le ventre; Yasou moura et tous ceux qui étaient avec lui, au nombre de plus de deux cent soixante et dix personnes, suivirent cet exemple. Ceux qui s'échappèrent furent tués en différens endroits : Toki yori envoya les détails de cette révolte à Miyako. Le 7° mois, Sighe toki, de la famille de Fôsio et prince de Sagami, étant mandé par Toki yori, vint du Rokfara à Kama koura. Toki yori le consultait dans toutes les affaires, de sorte qu'il avait part au gouvernement. Sighe toki reçut alors le titre de prince de Mouts, et Toki yori celui de prince de Sagami. Naga toki, fils de Sighe toki, fut envoyé comme gouverneur à Miyako, et chargé de l'administration des contrées de Kinaï et de Sikokf. Le l7 du l" mois de la 2° année (1248), le Taïzio daïsin Minamoto-no Mitsi mitsi fut congédié, et mourut le lendemain, âgé de 62 ans. Le 10° mois, l'ancien Daïri Go Saga-no in visita Oudzi, pour contempler les feuilles rouges des arbres. Le Seogoun eut alors le gouvernement entre les mains, et l'ancien empereur en était exclu; aussi passa-t-il son temps à se divertir. Le Daïri, qui était encore enfant, s'occupa des jeux de cet âge. Le 2° mois de la l" année du nengo Ken tsiô (1249), le palais Kan in-no dairi fut détruit par un incendie ; il fut rebâti dans la suite par Toki yori. Le 5° mois, à peu près la moitié de la ville de Miyako fut réduite en cendres. Le 5° mois de la 2° année (l250), le Daïri alla au temple de Kouma no. Le 4° mois, le Nadaïsin Fousiwara-no Sane moto fut renvoyé; le Daïnagon Minamoto-no Sada sane lui succéda. Le 5° mois, le Seogoun Yori tsougou s'occupa de la lecture du livre intitulé Tei wan (Ti fan), ou la Règle des empereurs, qui lui fut expliqué par Kiyowara-no Nori taka. Toki yori copia l'ouvrage intitulé Tei kwan sei yo (Tching khouan tching yao). Le l2° mois, le Nadaïsin Minamoto-no Sada sane eut son congé; le Daïnagon Fousiwara-no Mitsi naga le remplaça. Le 7° mois de la 5° année (125l), Yori tsougou obtint le second rang de la troisième classe, et fut nommé grand général du milieu de la gauche. Toki yori pour avoir rebâti le Daïri, reçut le premier rang de la cinquième classe. Le 12° mois, Sasaki-no Ousi nobou et Take fousi-no Kaghe yori arrêtèrent un homme nommé Reo gio fo si (Liao hing fâ szu), et l'envoyèrent à Toki yori, qui le fit mettre à la torture; on découvrit alors que le ci-devant Seogoun de Kama koura Yori tsoune, qui demeurait à Miyako, avait le dessein d'exciter une révolte. Tous ses partisans dans le Kwantô furent punis. Tokiyori et Sighe toki, après avoir mûrement réfléchi, envoyèrent, le 2° mois de la 4° année (1252), un ambassadeur à Miyako, pour conduire Moune taka sin o, fils de Go Sa ga-no in, à Kama koura, et le proclamer Seogoun. Le même mois, le ci-devant régent Mitsi ye mourut à l'âge de 61 ans. Dans le temps de Yosi toki et de Yasou toki, il était autant respecté que le Daïri, parce qu'il était le père du Seogoun Yosi tsoune.Après sa mort, on découvrit qu'il avait eu le dessein de faire assassiner le vieux Daïri; c'est pour cela que tous ceux qui étaient attachés à sa personne, ainsi que son fils Tada ye, furent envoyés en exil. Nisio-no Yosi sane, un autre de ses fils, conserva son emploi, parce qu'il avait toujours tâché de détourner son père de son dessein criminel, et par là s'était attiré sa colère. Toki yori en avait été informé, et par ce motif, on ne l'interrogea pas même sur cette affaire. Le 5° mois, Moune taka sin o partit de Miyako, et arriva au 4° mois à Kama koura; il y fut proclamé Zii i dai seogoun. Selon quelques-uns, il n'avait alors que 15, selon d'autres, l l ans. Toki yori, prince de Sagami, et Sighe toki, prince de Mouts, furent ses premiers ministres. Le même mois, l'ancien Seogoun Yori tsougou fut déporté, et envoyé à Miyako; il avait régné depuis la 2° année du nengo Kwan ghen jusqu'à la 5° année du nengo Ken tsi ou pendant 8 ans. Moune taka sin o étant fils d'un Daïri était très-respecté de tous ses officiers; le palais de l'ancien Seogoun fut démoli, on lui en bâtit un autre à la même placer Le 10° mois, Konoye-no Kane tsoune, régent, fut congédié à Miyako, et remplacé par son frère cadet le Sadaïsin Kane fira. Le l" mois de la 5° année (1255), le Daïri, ayant atteint l'âge de l l ans, prit la robe virile. Tous les membres de la famille Sai yen si (Si yuan chi) furent avancés en grade, par la protection du vieux Daïri. Le Daïnagon Kin souke et son frère cadet le Daïnagon Kin moto, qui étaient fils de Sokokf Sane ousi, furent créés Sadaïsio et Oudaïsio. Le 8° mois, Do ghen (Tao yuan), le fondateur du temple Yei fei si (Young phing szu) dans le Yetsizen, mourut. C'était lui qui avait introduit dans l'empire la doctrine siô (voyez page 208). Le 10° mois, le Daïri fit une visite à son père Go Saga-no in qui demeurait au palais To ba-no rigou (Niao yu li koung). .

Le ll° mois, Tokiyori ayant fondé le temple Ken tsiô si (Kian tchhang szu), y fit célébrer une fête par le prêtre chinois Do riô (Tao loung), nommé aussi Ran kei (Lan khi); c'est le même que Dai gak zen si(Ta kiö chen szu), il vint de la Chine au Japon, et était de l'observance de Zen siô. Le l l° mois de la 6° année (1254), Yosi ousi, troisième fils de Yosiye, mourut; il était l'arrière-petit-fils de Yosi kouni. Celui-ci avait eu deux fils, le premier nommé Kitsou ta-no Yosi sighe, l'autre Asikaga-no Yosi yasou, dont le fils Kasoudza-no Souke Yosi kane fut beau-frère de Yori tomo, et grand ami des Fôsio. Yosi ousi du côté de sa mère était petit-fils de Toki masa; c'est pour cette raison que Yosi kane et Yosi ousi furent très-respectés, et considérés par les Fôsio. Le l2° mois, Moune taka fit venir Minamoto-no Tsika yuki, prince de Kawatsi, pour se faire expliquer l'ouvrage intitulé Ghensi-no monogatari (Yuan chi wé yu) ou l'Histoire de la famille Ghen si. Comme Toki yori administrait l'empire, et agissait en tout selon son bon plaisir, Moune taka avait assez de temps pour s'amuser à jouer à la paume et à faire des vers. Le 5° mois de la 7° année (1255), le Daïri alla au temple de Kouma no, et fut précédé par le prince Gakf nin fo sin o; cet usage fut pratiqué alors pour la première fois. Le 5° mois de la l" année du nengo Kôghen (1256), le prince de Mouts Sighe toki, de la famille des Fôsio, reçut sa démission; son frère cadet Masa moura lui succéda, et fut chargé du gouvernement avec Toki yori. Le 4° mois, Fósio-no Naga toki, gouverneur de Miyako, fut renvoyé, et se rendit à Kama koura; son frère cadet Toki sighe, âgé de 27 ans, le remplaça ; ils étaient fils de Sighe toki. Le 8° mois, l'ancien Seogoun Fousiwara-no Yori tsoune mourut à l'âge de 59 ans. Le 10° mois, son fils, le dernier Seogoun Fousiwara-no Yori tsougou, mourut aussi âgé de 18 ans. Le l l° mois, Toki yori résigna son emploi de premier ministre au prince de Mousadzi Naga toki, se rasa la tête, prit le nom de Sai miô si, et alla à l'âge de 50 ans vivre dans les montagnes. Son fils était encore un enfant, ce qui l'avait déterminé de nommer provisoirement Naga toki pour être avec Masa moura à la tête du gouvernement; toutes les affaires furent pourtant dirigées d'après le bon plaisir de Toki yori. Le 2° mois de la l" année du nengo Zi6 ka (1257), le Daïri épousa la fille du Sayensi-no saki-no sokokf Sane ousi. Le même mois, Toki moune, successeur désigné de Toki yori, prit la robe virile à l'âge de 7 ans. Moune taka plaça le bonnet sur sa tête, et Naga toki lui rasa les cheveux. Le 5° mois, le Go Sa ga-no ten o alla au temple Kouma no. Le 7° mois, Siô mei mon in, mère de Tsoutsi mikado-no in et bisaïeule du Daïri, mourut âgée de 87 ans. Le 5° mois de la 2° année (1258), le Seogoun annonça aux troupes de différentes provinces son intention de se rendre dans le courant de l'an prochain à Miyako; ce voyage fut pourtant suspendu. Au printemps du nengo Zio ghen (1259), une maladie contagieuse ravagea l'empire et enleva beaucoup de monde.Une jeune religieuse, âgée de l4 à 15 ans, dévorait les cadavres des gens morts dans la capitale. Cela dura pendant un mois; personne ne sut ensuite ce qu'elle était devenue. Le 5° mois, Daigou in, mère du Daïri, fit placer des fleurs devant le temple de Saiyen si, et y fit lire les livres de la loi de Bouddha. Le Daïri y alla le lendemain pour jouer sur l'espèce de violon appelé Biwa. Le 5° mois, le Konoye-no saki-no Kwanbak Kane tsoune mourut à l'âge de 50 ans. Le ll° mois, le Daïri, d'après les conseils de son père, céda l'empire à son frère cadet Tsoune fito; il avait alors 17 ans, et en avait régné 15, savoir 2 avec le nengo Fo si, 7 avec celui de Ken ziô, un avec celui de ghen, 2 avec le nengo Ziô ka, et un avec celui de Ziô ghen.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

KI zAN-No IN ou KAME YAMA-No IN (Koui chan yuan) portait avant son avénement le nom de Tsoune fito; il était le sixième fils de Go Saga-no in, et frère cadet de Go Fouka kousa-no in : il avait été Taïsi le 8° mois de la 2° année du nengo Ziô ko, il fut proclamé Daïri le l l° mois du nengo Ziôghen, à l'âge de l l ans : le Taïsiô daïsin Kane fira fut Kwanbak; Go san-no in avait la direction de la cour, il reçut le nom d'Itsi in, et Go Fouka kousa-no in, qui résida dans le palais de Tomi-no kouzi, celui de Sin in.

« EdellinenJatka »