Sivut kuvina
PDF

Fousi mi-no in et Fana zono-no in. L'armée qui avait investi la forteresse à Tsi fa ya se retira dans le pays de Nan to. Le 8 du mois, Nitsda-no Yosi sada marcha avec la grande armée qu'il avait assemblée dans le Kotske, pour prendre Kama koura : Taka toki envoya contre lui son frère cadet Yesiyou; ils en vinrent plusieurs fois aux mains dans la province de Mousadzi, mais toutes les troupes de Kwantô abandonnèrent le parti de Taka toki, de sorte que Yesi you fut forcé de se retirer à Kama koura. Nitsda-no Yosi sada le poursuivit de si près, qu'il entra à Kama koura avec lui et s'empara de cette place. A cette occasion, des officiers du Seogoun Fósio-no Mori toki et Fósio-no Moto toki se tuèrent eux-mêmes. Le premier était petit-fils de Naga taki. Sada na o et Teisio furent tués dans le combat. Toka sighe, homme du plus grand courage, qui souvent avait remporté la victoire, se donna aussi la mort. Taka toki se retira dans le temple Fo sio si, où il prit le même parti : son premier ministre Sighe toki fit de même dans la grande salle de la cour de Kama koura; les parens de Sada akira et de Nori sada, et tous les officiers de Yen meï et de Yen ghi, suivirent son exemple. Le Seogoun Mori kouni sin o se rasa la tête le même jour, à l'âge de 55 ans; il mourut le 7° mois. Kouni toki, fils aîné de Taka toki, fut pris et égorgé; le second fils du premier, Tokiyuki, s'enfuit dans le Sinano, et Yesi you dans le Oziou. Dans le même mois, la guerre éclata dans le Tsikouzi : Otomo y fit mourir le régent gouverneur militaire Fide toki. Fósio-no Toki nao, gouverneur militaire du Nagato, demanda la vie sauve; à l'exception de ce personnage, tous les membres de la famille Fôsio, qui demeuraient dans les provinces, furent massacrés par le peuple. Taka toki avait succédé à son père à l'âge de 9 ans; il devint premier ministre à l4 ans; il remplit cet emploi pendant l l ans, et après s'être rasé la tête, il l'occupa encore pendant 7 ans. A sa mort il avait 51 ans. Minamoto-no Yori tomo arriva à Kama koura la 4° année du nengo Zi zió (l 180); il reçut le titre de Kama koura do-no, et fut nommé Seogoun. Jusqu'à l'époque de cette guerre il y avait eu neuf Seogouns. La famille Fôsio avait rempli l'emploi de Sits ken ou premier ministre sous huit d'entre eux, ou pendant une période de l54 ans. Le Daïri Kwô go-no in n'avait régné que 2 ans, avec le nengo Ziô kei.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

Go DAï Go-No TEN o devint de nouveau Daïri.Aussitôt qu'il fut informé par Taka ousi, Tada akira et Akamats Yen sin de la prise du Rokfara, qui avait eu lieu dans le 5° mois de la 2° année du nengo Ziô kei, il s'embarqua pour Miyako. Kousou noki Masa sighe alla le recevoir à Fiogo; il arriva le 6° mois dans la capitale. Quand il était au mont Sio sia zan, dans le Farima, Yosi sada lui apprit la nouvelle de la mort de Taka toki : Taka ousi obtint le second rang de la quatrième classe, et fut créé Tsin siou fou Seogoun, et Naoyosi fut nommé Sama-no kami. Le Daïri étant remonté sur le trône, Fouyou nori perdit la place de Kwanbak, et Imade gawa Kane souye celle de Taïzio daïsin ; mais ce dernier conserva le titre de Saki-no Oudaïsin. Plusieurs des officiers du Daïri déposé perdirent leur rang; l'Oudaïsin Souye fira et le Nadaïsin Minamoto-no Mitsi akira se rasèrent la tête; Nisio-no Mitsi fira fut de nouveau nommé Sadaïsin. Comme l'empereur voulut régner par lui-même, il n'y eut point de Kwanbak. Kougano Naga mitsi devint une seconde fois Oudaïsin, et Do in-no Kin taka Nadaïsin. Tous ceux qui avaient été bannis à cause de la révolte qui avait éclaté durant le nengo Ghen furent rappelés. Le même mois, Mori yosi, fils du Daïri et nommé auparavant San oun fo sin o, fut créé par le Daïri Zei dai seogoun. Il arriva à Miyako, ayant appris que Taka ousi avait l'intention de se révolter, il voulut le faire mettre à mort; mais Taka ousi en fut informé, et échappa à ce danger par la protection de la belle-mère de Mori yosi, la Tsiougou Fousiwara-no Gato ko. Le 7° mois, tous les chefs militaires qui avaient investi le fort de Tsi fa ya firent leur soumission; néanmoins ils perdirent la vie. Le 8 mois, le Daïri honora Taka ousi du second rang de la troisième classe, et le nomma prince de Mousadzi : il agissait en cela d'après les conseils de son épouse Gato ko qu'il aimait extrêmement; ce fut au détriment de l'empire. Souvent le Tsiounagon Fousi fousa avait tâché de le détourner d'une pareille faiblesse, mais ce fut vainement. Le 10° mois, le Fatakou-no Sanghi Minamoto-no Taka ye fut créé prince de Oziou; il s'y rendit et eut aussi l'administration de la province de Dewa. Le l" mois de la l" année du nengo Ken mou (1554), le Daïri gratifia Taka ousi du premier rang de la troisième classe. Le même mois, on posa les fondemens d'un grand daïri ou palais. Le 2° mois, Minamoto-no Naga mitsi Oudaïsin fut congédié; Konoye-no Tsoune tada obtint de nouveau cet emploi. Au printemps, le Daïri donna à Taka ousi les provinces de Mousadzi, de Fitats et de Simosa, à Yosi sada celles de Kotske et de Farima, à Nao yosi la province de Totomi, à Wakiya Yosi souke, frère cadet de Yosi sada, la province de Sourouga, à Yosi aki, fils de Yosi sada, celle de Yetsingo, à Masa sighe les provinces de Sets et de Kawatsi, et à Naga tosi les provinces d'Inaba et de Foki; il fit aussi des présens considérables à beaucoup d'autres officiers qui l'avaient assisté.Akamats Yen sin n'ayant point obtenu de province, en fut fort offensé. Le 5° mois, Mori yosi sin o fut exilé dans le Kwantô, et confié à la garde de Nao yosi, qui le confina à Kama koura, dans la maison de Nikaïdo. Son bannissement avait été provoqué par sa belle-mère, qui suivait dans cette occasion les conseils de Taka ousi et de son frère. Fo in Yosi tada, officier de Mori yosi, fut assassiné. Nari yosi sin o, huitième fils du Daïri, fut proclamé Zeï daï seogoun, et Nao yosi fut nommé son premier ministre et prince de Sagami; il alla résider à Kama koura. Le 7° mois, un oiseau monstrueux se percha sur le toit du pavillon Zi sin den, situé en dedans du daïri, et y poussa des cris affreux; Oki-no Firo ari le tua d'un coup de flèche. Le 9° mois, D6 in-no Kin Taka fut remplacé dans la charge de Nadaïsin par le Yosida-no Daïnagon Sada fousa. Taka ousi fut nommé Sanghi. Le 10° mois, le Takats kasa saki-no Sadaïsin Fouyou nori devint Oudaïsin. Le 2° mois de la 2° année (l555), le Nisio-no Sadaïsin Mitsi fira mourut, âgé de 49 ans; l'Oudaïsin Fouyou nori eut l'emploi de Sadaïsin, et le Do-in saki-no Nadaïsin Kin taka celui d'Oudaïsin ; Yosida-no Sada fousa perdit la place de Nadaïsin, et eut pour successeur le Itsi sio-no Daïnagon Tsoune mitsi. Le 5° mois, le Tsiounagon Fousi fousa renonça au monde et se fit prêtre. Le Saïyen si-no Daïnagon Kin moune trama un complot avec Yesi you, frère cadet de Taka toki, pour fomenter une révolte. Toki yuki, fils de Taka toki, excita des troubles dans le Kwantô: Toki kane, son parent, en fit de même dans les provinces orientales. Dès que le projet de Kin moune transpira, il fut mis à mort.

Le 7" mois, Toki youki marcha par la province de Sinano et attaqua Kama koura. Naoyosi s'enfuit avec le Seogoun Nari yosi sin o, après avoir fait tuer l'ancien Seogoun Mori yosi sin o. Le Daïri envoya Taka ousi dans le Kwantô pour punir Toki youki. Taka ousi ayant rencontré Nao yosi dans la province Totomi, marcha avec lui sur Kama koura. Le 8° mois, ils livrèrent plus de dix combats à Toki youki dans les provinces de Totomi, de Sourouga, de Idzou et de Sagami; à la fin Toki youki fut défait, mais personne ne sut où il s'était enfui ; Toki kane fut tué dans les provinces orientales. Toutes les troupes de Kwantô se rendirent à Taka ousi, qui alors se proclama Zeï i daï Seogoun. Comme depuis long-temps il avait vécu en mauvaise intelligence avec Yosi sada, il résolut de s'en défaire. Yosi sada informa le Daïri des mauvaises intentions de Taka ousi, et lui apprit que Nao yosi avait arbitrairement mis à mort Mori yosi. Le Daïri très-irrité chargea Yosi sada de faire mourir Taka ousi. Le l l° mois, Takats kasa-no Fouyou nori perdit la place de Sadaïsin; il fut remplacé par le Konoye-no Oudaïsin Tsoune tada. Yosi sada partit de Miyako dans le courant du même mois, et marcha avec le prince impérial Itsi-no miya Taka yosi sin o vers le Kwantô. A Yafaghi saki sakate gosi, dans la province de Sanziou ou Mikawa, ils se battirent plusieurs fois avec Nao yosi, et furent toujours défaits. Le 12° mois, Taka ousi et Naoyosi arrivèrent à Fakone ko take-no sita, où ils obtinrent du succès contre Taka yosi et Yosi sada, et les forcèrent à retourner à Miyako. Toutes les troupes du Kwantô, des provinces septentrionales, du Saïkokf ou Kiou ziou , et de la contrée de Nankaï, se joignirent à Taka ousi. Le l" mois de la 5° année (1556), ce dernier et Nao yosi marchèrent avec une grande armée sur Miyako. Yosi sada, Yosi souke, Masa sighe et Naga tosi gardèrent les passages de O watari, de Yama saki, de Oudzi et de Seta pour les empêcher d'y pénétrer; mais n'étant point en état de résister à des forces supérieures, Yosi sada fut défait, et se replia sur Miyako; le Daïri s'enfuit au mont Yeïsan ; Taka ousi s'avança vers Miyako pour réduire la cour du Daïri et toute la ville en cendres, et dépêcha Teou zen à Midera pour s'emparer du Yeïsan. Dans le même mois, le Fatakou-no Sanghi Minamoto-no Taka ye, prince de Oziou, arriva avec une armée au Yeïsan pour secourir le Daïri; Yosi sada, Taka ye et Masa sighe prirent Midera, et forcèrent Teou zen à se replier sur Miyako. Les troupes de Yosi sada livrèrent quelques assauts à cette capitale qu'ils emportèrent finalement; Taka ousi fut mis en fuite.

Le 2° mois, le Daïri quitta Yeïsan et rentra dans son palais. C'était Masa sighe qui avait principalement contribué à la victoire par son grand courage dans le dernier combat. Dans le même mois, Yosi sada, Taka ye et Masa sighe attaquèrent Taka ousi à Foyo sima dans le Sets; il fut défait, et s'enfuit dans le Tsoukouzi. Yosi sada retourna à Miyako et fut créé général moyen de la gauche Kikousi-no Take tosi poursuivit Taka ousi avec les troupes de Kiouziou, ils eurent un engagement à Tatara-no.fama dans le Tsoukouzi; Taka ousi fut vainqueur, et toutes les troupes du Kiouziou se rangèrent sous ses ordres. Yosi sada, épris de Koto-no naisi, femme d'une grande beauté, négligea d'entrer dans le Saïkokf; par conséquent Akamats Yen sin, et toutes les troupes de cette contrée, firent leur soumission à Taka ousi. Le 5° mois, le Tsiounagon Taka ye obtint le titre de Tsin siou fou seogoun, et retourna dans le Oziou. Yosi sada fut récompensé par le gouvernement des seize provinces des contrées de San yô et de San on. Il marcha alors contre le Saïkokf pour s'emparer du château d'Akamats, dans la province de Banziou ou Farima. Le 4° mois, l'ancien Daïri Go Fousi mi-no in décéda âgé de 49 ans; avant sa mort, il avait adressé une lettre à Taka ousi. Dans le même mois, Taka ousi et Naoyori partirent du Tsoukouzi à la tête d'une grande armée. Le 5° mois, Yosi sada revint à Fio go (Ping khou) et l'assiégea. Le Daïri chargea Masa sighe de l'aider. Celui-ci voulut donner des conseils salutaires à l'empereur, mais n'étant point écouté, il marcha sur Fio go. Conjointement avec Yosi sada il livra bataille à Taka ousi, mais il se noya dans le Minato gawa. Yosi sada fut défait et se retira à Miyako; le Daïri s'enfuit de nouveau au temple de Yeïsan. Taka ousi, arrivé à Miyako, manda Fana zono-no ten o (Houa yuan chang houang) au temple Tô si, pour placer sur le trône la famille de Si miô in (Chi ming yuan). # Le 6° mois, Taka ousi chargea Moro sighe d'enlever le Yeisan ; mais les troupes de celui-ci furent battues, et lui-même fut fait prisonnier. Le 7° mois, Yosi sada essaya sans succès plusieurs tentatives sur Miyako ; Naga tosi y périt; alors Yosi sada alla au temple Tô si pour se battre en duel avec Taka ousi, qui le refusa. Il retourna, plein de rage, au Yeïsan. Le 8° mois, Toyo fito, le frère cadet de Kwo gon in, fut par l'influence de Taka ousi proclamé Daïri ; le Konoye-no Sadaïsin Tsoune tada parvint au poste de Kwanbak. Le 10° mois, le Go Daigo-no ten o envoya son fils Tsoune fito avec Yosi sada

« EdellinenJatka »