Sivut kuvina
PDF
ePub

ENCYCLOPÉDIQUE,
JOURNAL DES SCIENCES,

OU

DES LETTRES ET DES ARTS ;

RÉDIGÉ
PAR A. L. MILLIN, -
Membre de l'INSTITUT et de la Légion d'Honneur, Conservateur

des Médailles, des Pierres gravées et des Antiques de la Bi-
bliothéque impériale, Professeur d'Archæologie, Membre de
la Société royale des Sciences de Gættingue, de l'Institut
de Hollande, de l'Académie royale de Munich, de celle de
Vilna, de l'Académie italienne, de celle de Turin, de celle
des Curieux de la Nature à Erlang, des Sciences physiques
de Zurich, d'Histoire naturelle et de Minéralogie d'Iéna, de
l'Académie royale de Dublin, de la Société Linnéenne de
Londres, impériale d'Histoire naturelle de Moscou : des
Sociétés d'Histoire naturelle, Philomathique, Galvanique.
Celtique, Médicale d'émulation, de l'Athénée des Arts de
Paris; des Académies de Lyon, de Rouen, d’Abbeville , de
Boulogne, de Poitiers, de Niort , de Nîmes, de Marseille,
d'Avignon, d'Alençon, de Caen , de Grenoble, de Colmar.
de Nancy, de Gap, de Strasbourg, de Mayence, de Trèves, de
Francfort, de Nantes, de Soissons, de Lille, d'Evreux.

ANNÉE 1810.

TOME III.

P.ARIS,

Au Bureau du MAGASIN ENCYCLOPÉDIQUE, chez G.

Dufour et C.ie, rue des Mathurins S. Jacqués, n.° 7.

IMPRIMERIE DE J. B. SAJOU, RUE DE LA HARPE, 11.o 11.

[ocr errors][merged small]

ENCYCLOPÉDIQUE.

BOTANIQ U E.

SECONDE LETTRE de M. le Comte Léo HEN

CKEL de DONNERSMARCK, membre ordinaire de la Société des Scrutateurs de la nature de Halle, de la Société physico-économique de la Prusse Orientale, et honoraire de celle de Botanique de Ratisbonne, à M. A. L. MILLIN, membre de lInstitut et de la Légion d'Honneur, etc.; sur les changemens qu'éprouve le Lieu des Plantes (1).

[blocks in formation]

Il est temps que j'en vienne à des idées plus consolantes pour le botaniste, que ne l'étoient celles que j'ai pris la liberté de vous offrir dans ma Lettre précédente. Les causes

(1) Voyez la première Lettre, Magasin Encyclopédique, ann. 1810, t. II, p. 326.

[ocr errors]

qui agissent en bien sur le Lieu des plantes, seront donc aujourd'hui le sujet de notre entretien.

L'homme est pour ses semblables l'objet le plus digne de leur intérêt, sous tous les rapports; il est donc juste de commencer par faire connoître l'influence plus ou moins directe qu'il exerce sur le Lieu (accidentel) des végétaux. L'envie de voyager lui fait quitter les lieux qui l'ont vu naître, et il est sûr que la découverte du Nouveau Monde, en y ajoutant un motif puissant, celui de s'enrichir , n'a pas peu contribué à augmenter la passion des voyages. Le commerce est une suite nécessaire de cette passion : aussi lui devons - nous une quantité prodigieuse de plantes, dont quelques-unes se sont tellement multipliées dans nos climats, qu'on les a rangées avec l'ivraie ( Unkræuter ). Le commerce à son tour n'enfante que trop souvent des guerres, et leur influence dans le monde moral est entièrement differente de celle qu'elles exercent dans le monde physique. Ce fait est digne de remarque. Tan. dis qu'une seule guerre semblable à un terrible jucendie, embrase des contrées entières et fait mordre la poussière à des milliers de combattans, nous voyons des plantes profiter de l'appareil inséparable des armées, pour étendre les limites de leur Lieu (et.

TOS

passer ainsi du Lieu nécessaire dans le Lieu accidentel. C'est aux excursions des Goths en Allemagne que l'on prétend y devoir le . houblon, et mon collégue M. le professeur ... Jeanet DUVAL a prouvé dans un Mémoire lu à la Société de Botanique ( 2 ) que la Cochlearia Draba a été introduite dans les environs de Ratisbonne par des magasins à fourrages qui venoient de l'Autriche.

Il y auroit de l'injustice à ne pas faire mention ici de ces hommes respectables, qui brûlant du désir d'étendre les limites de la science ou d'être utiles à leur patrie, la quittent pour aller chercher au loin des productions, dont la culture peut l'enrichir ou en augmenter les charmes. Je ne vous parlerai pas "cependant des premiers qui sont trop connus dans le monde savant. Je ne vous, dirai rien non plus de tous ceux qui ont été les victimes de leur noble zèle. Mais je ne puis me refuser le plaisir de citer André Michaux et Bligh, noms chers aux sciences et à leurs concitoyens! Votre compatriote ne cessoit, dans ses voyages lointains, de confier à la terre des semences qui lui étoient étrangères. M. DESCHAMPS (3) a vu en Amérique des chènes qui attestent ce fait.

(2) Regensburger bot. Zeitung 1805, p. 223. (3) Voy. Annales du Muscum d'Histoire naturelle, III, p. 191.

CHAN

« EdellinenJatka »