Sivut kuvina
PDF
ePub

BT77 c4

vil

MET OF

Francis a. Braun

Sice,

Persuade' qu'on ne sauroit trop rappeler aux hommes les principes qui servent de base à toutes les vertus, j'ai conçu le projet d'offrir au public le code de la morale des Livres saints, et de prouver que cette morale nest'ai belle et si sublime que parce qu'elle emane d'une source sacrée. Le desir d'être utile a excite'mon zele, et m'a soutenu dans

mes travaux,

Pouvois-je souhaiter un temps plus favorable pour la publication de mon Ouvrage! Le goût des lettres se ranime sous un

[ocr errors]

ر

sagelse le gage

Prince qui lui-meine en fait le charme de ses loisirs ; l'autorité royale est partout respectée ; la religion reprend son salutaire empire ; nous sentons enfin la

sentons enfin la necefsite' de nous rallier autour du trone et de l'autel, et nous avons dans votre afuré' d'un bonheur durable

Votre Majesté', Sire, en daignant permettre que la morale de la Ubille parút sous ses auspices, m'a accorde' la plus precieuse et la plus honorable recompense

. le plus profond respect,

Ie suis, avec

Sire,

De Votre Mayote

fe très-bumble et très fidele Sujet,

Chaud.

PRÉFACE.

Lorsque je m'appliquai à l'étude des livres saints, j'en recueillis pour mon utilité particulière les préceptes et les sentences qui me frappèrent le plus. Quelques amis à qui je communiquai mon manuscrit, m'engagèrent à le publier sous le titre de Morale de la Bible, alléguant qu'un ouvrage de cette nature devoit nécessairement être accueilli par une classe nombreuse de lecteurs, comme intéressant à la fois la religion et les lettres : la religion, en ce qu'il présenteroit dans un cadre resserré, et comme en un corps de doctrine, les divers préceptes et maximes de morale semés dans l'Ecriture; et les lettres, parce qu'en exposant aux yeux de ceux qui les cultiyent une foule d'exemples, dans tous les genres, tirés des mêmes livres qui inspirèrent le génie des Bossuet, des Racine, des Fénélon et des Rousseau, il les convaincroit aisément qu'on ne

a

sauroit trouver une source plus féconde et plus pure

du beau et du vrai (1). Ces considérations étoient puissantes, cependant elles ne me déterminèrent pas sur-le-champ, et je ne m'y rendis qu'après les avoir mûrement pesées, et m'être encore appuyé de l'avis de personnes recommandables

par leur piété et par leur attachement aux saines doctrines littéraires.

Mais en examinant de nouveau mon travail, je sentis qu'il péchoit par défaut de méthode. J'étois choqué de la disparate qu’offroit l'assemblage incohérent de pensées qui n'avoient entr'elles aucune liaison , ayant été extraites dans l'ordre où elles s'étoient présentées à la lecture; en sorte qu'immédiatement après un précepte d'humilité ou d'aumône, il s'en trouvoit un concernant le jeúne ou la chasteté. Ce défaut me. parut d'autant plus grave qu'il est difficile que l'esprit puisse se nourrir et se développer, en parcourant à la fois tant d'objets différens. Je n'avois en outre recueilli

que

les

(1) Voy. le Disc. prélim. et les liv. iv et v du Traité des études, de Rollin. - Le Cours de poesie sacrée du docteur Lowth, ouvrage excellent, dont M. Roger nous a donné une élégante traduction.

- Le Génie du Christianisme, 2. part. etc. etc.

« EdellinenJatka »