Sivut kuvina
PDF
ePub

Les parents de cet enfant partent en voyage et emmènent leur petit garçon avec eux ; au retour, je verrai quel sera l'état des choses.

Le 16 octobre. La croûte, qui commençait à se délacher il y a un mois, est remplacée aujourd'hui par une cicatrice légèrement déprimée, dont les bords festonnés sont un peu plus rosés que la peau normale environnante, et dont le centre uni, très-blanc, est ponctué seulement d'une quinzaine de points rouges, du volume d'une pointe d'aiguille, sans saillie aucune; à la place des petites varicosités qu'on observait près de la tumeur érectile, on constate aujourd'hui une cicatrice de vaccine, blanchâtre, gaufrée, n'offrant pas la moindre trace d'injection.

Au bras droit, on observe également une cicatrice caractéristique de VaCClIl6.

D'après les détails dans lesquels nous venons d'entrer, on voit que l'inoculation vaccinale, faite même au pourtour du naevus érectile, a été suivie, dans ce cas, du succès le plus complet. Enfin, six mois plus tard, le 15 mars 1856, on peut constater que la guérison ne s'est pas démentie, et que les quinze petits points rouges, seuls vestiges du naevus qui a existé, n'ont pas acquis le plus léger développement en largeur ni en saillie.

OBs. II. Inflammation spontanée d'une large tumeur érectile congénitale de la cuisse droite chez un enfant de 5 mois ; disparition de la plus grande étendue de cette tumeur quatre mois aprés le début de l'inflammation. V. de** vient au monde au mois de juin 1855, bien portant, bien conformé, mais présentant seulement, vers le milieu de la hauteur de la partie externe de la cuisse droite, une tumeur érectile d'un rouge violacé, légèrement bosselée, exactement arrondie, de la largeur d'une pièce de 6 francs au moins, et offrant une saillie d'un millimètre audessus de la peau, blanche et saine, environnante. Les parents ne peuvent pas dire si, sous l'influence des cris et des efforts, cette tumeur, qui offre tous les caractères d'un naevus érectile veineux, se gonflait et devenait turgescente ; mais ils affirment qu'au moment où cette tumeur devint le siége d'une inflammation modificatrice spontanée, elle n'était pas plus large qu'au moment de la naissance.

Le médecin qui mit cet enfant au monde, bien qu'homme éclairé et d'une grande pratique, vaccina au bras ce petit garçon, sans songer à la présence de la tumeur érectile, qu'il abandonna à elle-même, malgré son étendue et la saillie qu'elle faisait; heureusement que quelques mois plus tard, l'enfant étant alors âgé de 5 mois, un travail d'inflammation spontanée se développa au centre de cette tumeur et en détermina graduellement la disparition presque complète.

Ainsi, vers l'âge de 5 mois, on voit apparaître, au centre de ce naevus érectile veineux, une tache noire de l'étendue et de la forme d'un haricot, qui est prise tout d'abord pour le résultat d'un coup. Cette tache se convertit, au bout de quelques jours, en une croûte noirâtre, qui se soulève un peu; on la recouvre alors d'un morceau de taffetas d'Angleterre, au-dessous duquel s'accumule bientôt une suppuration jaunâtre et fétide. Le taffetas d'Angleterre étant enlevé et ayant entraîné avec lui la petite eschare noirâtre qui s'était formée au centre de la tumeur, il s'établit alors une surface ulcéreuse, fournissant une suppuration sanguinolente et fétide, et affectant une marche serpigineuse; c'est-à-dire que de nouvelles portions du naevus érectile sont incessamment envahies par l'inflammation ulcérative au fur et à mesure que les points affectés les premiers se cicatrisent.— Le 29 février, quatre mois après le début de cette inflammation modificatrice, voici quel est l'état des choses.A la place de la tumeur érectile veineuse qu'on observait naguère, on remarque aujourd'hui une large cicatrice arrondie, ferme, solide, un peu inégale et bleuâtre, entourée d'un liséré circulaire de 2 millimètres de large, violacé, saillant, légèrement variqueux, constitué par une zone du tissu érectile qui a résisté à la transformation cicatricielle. des régions parotidienne, sous-maxillaire, labiale et épididymaire, qui ont reçu le même nom (1). J'ai montré, dans ce même travail, que cette texture diffère de l'une de ces régions à l'autre ; il en résulte que toutes ces tumeurs, loin d'avoir des caractères uniformes et communs, comme ceux, par exemple, que présente le tissu adipeux de toutes les régions à l'état normal ou le tubercule dans l'ordre pathologique, offrent quelque chose de spécial pour chacune de ces régions. De plus, partout cette texture du produit morbide conserve des analogies avec la texture de l'organe normal, de manière à pouvoir faire déterminer, d'après l'examen du tissu, le siége qu'il occupait; car jamais on ne trouve dans la région parotidienne, par exemple, une tumeur offrant la texture de celles de la mamelle ou vice versa. L'exposé de ces faits divers dans un seul travail leur a laissé trop de vague par suite de trop de généralité ; c'est pourquoi je me propose d'examiner séparément la texture de ces différentes sortes de tumeurs dans autant de notes spéciales. Je parlerai ensuite de tumeurs que leur aspect extérieur singulier et leur développement rapide ont fait classer parmi les tumeurs dites cancéreuses, hétéromorphes et malignes, et qui pourtant étaient les unes de simples lipômes, les autres, des tumeurs fibroplastiques; seulement, bien que volumineuses, ces productions morbides avaient tous les caractères du tissu adipeux de l'embryon, d'une part, et, de l'autre, du tissu demi-transparent grisâtre, qui compose, pendant les quatre à cinq premières semaines, la masse du corps de l'embryon. C'est qu'en effet, outre que des tumeurs offrent le type d'aspect extérieur et de texture de certains tissus de l'adulte, il en est dont l'aspect extérieur et la structure sont, à s'y méprendre, les mêmes que ceux des tissus de l'embryon. Ce fait n'a pu être reconnu qu'après une étude suffisante et des tissus tels qu'ils sont chez l'adulte et des tissus tels qu'ils sont chez l'embryon, comparés entre eux et aux produits morbides, tant sous le point de vue de l'aspect extérieur que sous celui de la composi

Cette zone érectile, qui subsiste encore, maintenant que tout travail d'inflammation ulcérative a cessé déjà depuis quelque temps , finirat-elle par disparaître ou deviendra-t-elle le point de départ d'une nouvelle production de tissu érectile ? C'est ce que l'avenir nous apprendra. Quoiqu'il arrive, en présence de ce résultat, qui, tout favorable qu'il est, est cependant incomplet , il est à regretter qu'on n'ait pas eu recours à l'inoculation vaccinale, qui certes aurait transformé bien"plus sûrement toute l'étendue de la tumeur en un tissu cicatriciel plus blanc et plus uni.

MÉMOIRE SUR L'ORIGINE ÉPIDIDYMAIRE DES TUMEURS DITES SARCOCÈLES ENCÉPHALOïDE ET CYSTIQUE DU TESTICULE;

Par le D" Ch. RoBIN , professeur agrégé à la Faculté de Médecine de Paris.

(Lu à la Société de biologie, dans sa séance du 26 janvier 1856.)

S I. Remarques sur le but de ce travail.

Avant d'aborder le sujet même de ce mémoire, il est nécessaire que je fasse connaître en quoi le point particulier d'anatomie pathologique dont il traite se rattache à d'autres que j'ai publiés réCemment.

Dans un travail présenté l'année dernière à l'Institut, j'ai montré que les tumeurs de la mamelle, dites cancéreuses, offrent une texture spéciale, et que ce fait s'observe aussi dans les tumeurs

[ocr errors]

(1) Voyez la Gazette des hôpitaux du 11 septembre 1855 et les Comptes rendus de l'Académie des sciences du 22 août 1855; voyez aussi Archives générales de médecine, aVril et juin 1855.

[graphic]

tion élémentaire et de la texture. C'est manifestement faute d'un examen assez complet des tissus normaux adultes et embryonnaires, puis de leur comparaison aux produits morbides, que la nature de ces productions a d'abord été méconnue par d'autres, comme par moi-même après l'examen à l'aide du microscope. Cela seul suffit dès à présent pour faire comprendre qu'on ne peut bien interpréter la composition anatomique et la texture des tumeurs, si on ne connaît et ne peut leur comparer les caractères de même ordre que présentent les tissus normaux adultes et embryonnaires. Inutile d'ajouter que cette marche rationnelle, par laquelle on aurait dû commencer, diffère beaucoup, par les résultats auxquels elle conduit, de l'empirisme grossier qui dirige encore beaucoup d'observateurs, agissant plus en curieux qu'en hommes désireux de conmaitre la réalité, qui seule conduit à des applications utiles dans la pratique. Il résulte aussi de ce qui précède, qu'on ne peut plus donner une description unique de ces diverses tumeurs sous un seul nom, qucl que soit celui qu'on adopte. Lors même qu'il s'agit de celles qui siégent dans les régions parotidienne, mammaire et testiculaire, ce n'est que par comparaison au tissu des organes spéciaux de ces régions qu'on peut les décrire et les nommer. Les dernières auxquelles j'ai fait allusion devront aussi être décrites et nommées par comparaison avec les tissus correspondants de l'embryon. Enfin, lorsqu'à l'examen des éléments anatomiques, tels que noyaux et cellules pris en eux-mêmes, on joint celui de leur texture, on voit qu'il n'y a pas uniformité et identité de type de ces éléments et de cette texture; ils ne se maintiennent pas les mêmes, quelles que soient les régions où on les observe, mais au contraire, on retrouve dans ces produits morbides une texture en rapport avec ce qu'on voit dans les organes au sein ou dans le voisinage desquels ils se sont développés. Ce fait important montre encore combien il importe que l'anatomie pathologique de structure ne soit faite que par comparaison avec l'anatomie normale des différents âges, et qu'à cet égard, ce n'est pas sans de graves inconVénients qu'on se départirait de ce qu'indique la méthode, que même il y a beaucoup à refaire sous ce rapport.

S II. - De la structure et du siége précis des tumeurs dites SARCOCÈLE CANCÉREUx du testicule.

Les caractères extérieurs, ainsi que les symptômes et la marche des tumeurs dont il est ici question, sont suffisamment bien décrits dans tous les auteurs, pour que je n'aie point besoin de les reproduire.

Je me bornerai à rappeler ici que parmi ces tumeurs, il en est qui sont entièrement solides, offrent une consistance plus ou moins grande, souvent encéphaloïde par places, avec ou sans épanchements sanguins, avec ou sans saillies en forme de fongus vasculaire. On trouve fréquemment dans celles-ci des portions du tissu, surtout vers le centre, qui offrent l'aspect phymatoïde, c'est-à-dire à peu près la couleur et la consistance du'tubercule. Cet aspect, qui a fait croire quelquefois à la présence de véritable tubercule compliquant la composition anatomique de ces tumeurs, est dù, comme l'a montré M. Lebert, à la production de granulations graisseuses soit dans les interstices des noyaux du tissu, soit dans ces éléments eux-mêmes, qui sont alors déformés, granuleux, plus opaques, etc. Cette complication, qui modifie l'aspect extérieur du tissu, s'observe aussi dans un assez grand nombre de tumeurs mammaires et salivaires.

Dans d'autres de ces tumeurs, enlevées aussi et décrites sous le nom de sarcocèle cancéreux du testicule, on trouve des kystes plus ou moins nombreux. Tantôt ils sont assez petits et assez rapprochés pour que, la coupe n'en vidant qu'un certain nombre, ceux qui restent à la surface de celle-ci donnent au tissu l'aspect colloïde ; d'autres fois ils sont plus écartés les uns des autres, et un tissu grisâtre, souvent un peu transparent, leur est interposé. Ce tissu grisâtre se voit aussi par places dans les cas où la tumeur semble d'abord le plus entièrement possible formée de kystes, et entre tous ceux-ci, on peut en retrouver un peu, sinon toujours à l'œil nu, au moins à l'aide du microscope. Dans ces tumeurs contenant des kystes (sarcocèles cystiques), on trouve rarement des portions de tissu atteintes de l'altération phymatoïde; pourtant, lorsqu'il existe quelque point où le tissu est dépourvu de kystes dans une certaine étendue, on observe quelquefois cette modification, comme dans les tumeurs précédentes. Il n'est pas très-rare de trou

VII. 34

« EdellinenJatka »