Annales des sciences naturelles

Etukansi
 

Mitä ihmiset sanovat - Kirjoita arvostelu

Yhtään arvostelua ei löytynyt.

Muita painoksia - Näytä kaikki

Yleiset termit ja lausekkeet

Suositut otteet

Sivu 90 - Lianes ressemblent à des rubans ondulés; d'autres se tordent ou décrivent de largt.s spirales; elles pendent en festons , serpentent entre les arbres , s'élancent de l'un à l'autre, les enlacent et forment des masses de branchages de feuilles et de fleurs , où l'observateur a souvent peine à rendre à chaque végétal ce qui lui appartient.
Sivu 366 - D'après ces considérations , l'Académie propose au concours u4, prix de i5oo francs , lequel sera décerné, dans la séance publique du mois de juin i83i , au meilleur Mémoire sur la question suivante : Déterminer à l'aide d'observations , et démontrer , par des préparations anatomiques et des dessins exacts, les modifications que présentent , dans leur squelette et dans leurs muscles...
Sivu 88 - D'abord droites comme des lances , et terminées par une pointe aiguë , elles n'offrent à leurs entrenœuds qu'une seule feuille qui ressemble à une large écaille; celle-ci tombe; de son aisselle naît une couronne de rameaux courts .chargés de feuilles véritables: la tige...
Sivu 87 - Cesalpinia, et les fleurs dorées des Casses se répandent, en tombant, sur des Fougères arborescentes. Les rameaux mille fois divisés des Myrtes et des Eugenia font ressortir la simplicité élégante des Palmiers, et parmi les Mimoses aux folioles légères, le Cecropia étale ses larges feuilles et ses branches qui ressemblent à d'immenses candélabres.
Sivu 232 - Maveralnehere au sud ; peut-être aussi plus à l'est , avec le soulèvement du grand massif que l'on désigne par le nom bien vague et bien incorrect de plateau de l'Asie centrale. Cette concavité de l'ancien monde est un pays-cratère, comme le sont, sur la surface lunaire, Hipparque , Archimède et Ptolémée, qui ont plus de trente lieues de diamètre , et qu'on peut plutôt comparer à la Bohême qu'à nos cônes et cratères des volcans.
Sivu 89 - L'arbre qui porte le nom de Cipo-Matador, la Liane meurtrière, a un tronc aussi droit que celui de nos peupliers ; mais trop grêle pour se soutenir isolément, il trouve un support dans un arbre voisin plus robuste que lui ; il se presse contre sa tige, à l'aide de racines aériennes qui, par intervalles, embrassent celles-ci comme des osiers flexibles; il s'assure et peut défier les ouragans les plus terribles.
Sivu 248 - Les assises qui composent chacun de ces groupes sont parallèles et peuvent se remplacer mutuellement, quelle que soit la nature des fossiles qui s'y rencontrent. La superposition directe que l'on observe à Montereau du calcaire siliceux sur l'argile plastique et le passage que présentent ces deux formations sont d'accord avec cette idée. Dans cette dernière localité, nonseulement le calcaire siliceux remplacerait le plâtre, mais il représenterait en outre le calcaire grossier.
Sivu 109 - D'après la manière de voir que je viens d'exposer, il est facile de reconnaître que les éboulemens continuant à avoir lieu par la cause qui les produit tous les jours, l'île s'abaissera graduellement, jusqu'à ce qu'une grosse mer venant à enlever tout ce qui restera au-dessus de son niveau , il n'y aura plus à la place qu'un banc de sable volcanique , d'autant plus dangereux qu'il sera difficile d'en avoir connaissance à quelque distance...
Sivu 229 - Helmersen ) ; puis à la fameuse mine de sel gemme d'Detzki , située dans la steppe de la Petite Horde des Kirghises; au chef-lieu des Cosaques d'Ouralsk, qui, munis de crochets , prennent de nuit de leurs mains , en plongeant , des esturgeons de 4 pieds '- à 5 pieds de long; aux colonies allemandes du gouvernement de Saratow , sur la rive gauche du Wolga ; au grand lac salé d'Elton , dans la steppe des Calmouks ; et par Sarepta (belle colonie des frères Moraves), à Astrakan.
Sivu 221 - Serus de Ptolémée , qui doit être le Ser de Pausanias, dans la rivière de Pégu, qui coule à Sirian. Or, tout ce pays abonde , ainsi que le midi de la Chine et le Bengale, en vers à soie sauvages de différentes espèces , dont il en est une qui tire sa soie en fils très longs qui s'attachent aux arbrisseaux et aux buissons , suivant que les vents les poussent d'un côté ou de l'autre. On les amasse, et l'on en ourdit, selon du Halde, une espèce de droguet. L'un des arbres dont ces vers...