Analyse algébrique, faisant suite a la première section de l'algèbre

Etukansi
Mme Ve Courcier, 1814 - 668 sivua

Kirjan sisältä

Mitä ihmiset sanovat - Kirjoita arvostelu

Yhtään arvostelua ei löytynyt.

Sisältö

Muita painoksia - Näytä kaikki

Yleiset termit ja lausekkeet

Suositut otteet

Sivu 582 - ... la crainte des personnes intéressées à leur existence. Le mot espérance a diverses acceptions : il exprime généralement l'avantage de celui qui attend un bien quelconque , dans des suppositions qui ne sont que probables. Cet avantage, dans la théorie des hasards, est le produit de la somme espérée,, par la probabilité de l'obtenir...
Sivu 583 - ... à définir , mais dont la plus générale et la plus importante est celle de la fortune. En effet, il est visible qu'un franc a beaucoup plus de prix pour celui qui n'en a que cent, que pour un millionnaire.
Sivu 583 - ... grandes faces opposées, que nous nommerons croix et pile, soient parfaitement semblables. Cherchons la probabilité d'amener croix une fois au moins en deux coups. Il est clair qu'il peut arriver quatre cas également possibles, savoir, croix au premier et au second coup ; croix au premier coup et pile au second; pile au premier coup et croix au second; enfin, pile aux deux coups. Les trois premiers cas sont favorables à l'événement dont on cherche la probabilité, qui, par conséquent, est...
Sivu 432 - ... mais qui formassent le monument de calcul le plus vaste et le plus imposant qui eût jamais été exécuté, ou même conçu.
Sivu 571 - Si les événemens sont indépendans les uns des autres, la probabilité de l'existence de leur ensemble, est le produit de leurs probabilités particulières. Ainsi la probabilité d'amener un as avec un seul dé étant un sixième; celle d'amener deux as eu projetant deux dés à-la-fois, est un trente-sixième.
Sivu 53 - ... égales, c'est-à-dire si ces deux équations ont une racine commune ; ce qu'on reconnaîtra aisément en cherchant leur plus grand commun diviseur, lequel doit nécessairement renfermer toutes les racines communes aux deux équations, s'il y en a; or, comme nous avons vu que toute fraction continue périodique se réduit à la racine d'une équation du second degré, il s'ensuit que le plus grand diviseur commun dont nous parlons sera nécessairement du second degré.
Sivu 527 - ... est évident que, si le reste positif est plus grand que cette moitié, en augmentant le quotient d'une unité, il faudra retrancher le diviseur du reste, ce qui donnera un reste négatif et moindre que la moitié du diviseur. On peut, pour plus de simplicité, appeler division en dedans celle où le reste est positif, et division en dehors celle qui donne un reste négatif, parce qu'en effet, dans la première, le produit du quotient par le diviseur tombe en dedans du dividende, et que, dans...
Sivu 568 - ... cas favorables à l'événement dont on cherche la probabilité. Le rapport de ce nombre à celui de tous les cas possibles est la mesure de cette probabilité...
Sivu 533 - G de la division précédente; pour c, le quotient de la division de A par le reste D de la division précédente, et ainsi de suite; de sorte que dans ces opérations on comparera successivement tous les restes au même dividende A, ce qui rendra la suite des restes décroissante, et celle des quotients a, b, c, ... croissante, jusqu'à ce qu'on parvienne à un reste nul, ce qui terminera l'opération et la série.
Sivu 87 - ... égal à tous les numérateurs de ces fractions, et q égal aux dénominateurs correspondants, et celle de ces suppositions qui donnera la moindre valeur de la fonction proposée sera nécessairement aussi celle qui répondra au minimum cherché. REMARQUE I. 29. Nous avons supposé que les nombres p et q devaient être tous deux positifs; il est clair que, si on les prenait tous deux négatifs, il n'en résulterait aucun changement dans la valeur absolue de la formule proposée; elle ne ferait...

Kirjaluettelon tiedot