Sivut kuvina
PDF
ePub
[ocr errors]

einé avec de la potásse et du charbon, donnera du plomb métallique. Quant à la liqueur dans laquelle il y a de l'acétate de potasse, on la traitera par l'acide sulfurique pour en obtenir l'acide acétique. (V. page 216.)

Mélange d'acétate de cuivre et de tartre émétique. Ces dissolutions, même lorsqu'elles sont très-étendues, se décomposent et fournissent un précipité bleu verdâtre de tartrate de cuivre, en sorte qu'il est impossible que l'on soit jamais dans le cas d'expérimenter sur une dissolution pareille. S'il s'agissait de reconnaître une poudre composée de ces deux sels, on la ferait bouillir avec du carbonate de potasse dissous, pour obtenir une liqueur composée de tartrate et d'acétate de potasse, et un résidu d'oxyde de cuivre et d'oxyde d'antimoine ; la dissolution serait distillée dans un appareil convenable avec une petite quantité d'acide sulfurique qui en dégagerait de l'acide acétique ; la liqueur contenue dans la coroue, et à moitié évaporée, dans laquelle se trouverait l'acide tartrique, serait traitée par la chaux, et transformée en tartrate insoluble, dont on retirerait l'a. cide tartrique par l'acide sulfurique. Les deux oxydes de cuivre et d'antimoine, si on les fait bouillir avec de l'acide nitrique, donneront un solutum de nitrate de cuivre et de l'oxyde d'antimoine non dissous , facile à reconnaître en le dissolvant dans l'acide hydrochlorique, ou en le décomposant par le charbon.

Mélange d'acétate de cuivre et de nitrate d'argent.

Un niélange fait avec parties égales de dissolution concentrée d'acétate de cuivre et de nitrate d'argent, précipite en noir par l'acide hydrosulfurique, en blanc par l'acide hydrochlorique, en olive mélange de bleu par la po.

tasse : ce précipité devient vert par l'agitation, et se dissout en entier dans l'ammoniaque. 'L'hydrocyanate ferruré de potasse y fait naître un précipité brun marron d'autant plus foncé, qu'il y a plus de sel de cuivre ; le phosphate de soude précipite en jaune verdâtre (mélange de phosphate d'argent jaune et de phosphate de cuivre bleu clair). Une lame de cuivre en sépare de l'argent.

Pour analyser un pareil mélange, il suffirait de précipiter l'argent à l'état de chlorure par l'acide hydrochlorique, et d'évaporer la dissolution pour avoir le sel de cuivre,

Mélange d'acétate de cuivre et de nitrate de bismuth. Ces deux dissolutions se décomposent réciproquement, et fournissent un précipité d'acétate de bismuth qui est blanc lorsqu'il est ramassé. Si les liqueurs sont assez élendues pour ne pas précipiter de suite, elles précipiteront en noir par l'acide hydrosulfurique, en bleu avec la potasse, en brun marron avec l'hydrocyanate ferruré de potasse, en vert avec l'acide arsénieux. L'ammoniaque forme de l'acétate ammoniaco-cuivreux bleu-céleste soluble , et il se précipite de l'oxyde de bismuth, qui paraît blanc quand il est ramassé. On analyserait un pareil mélange avec un excès d'animoniaque, qui formerait de l'acétate ammoniaco-cuivreux soluble, et laisserait de l'oxyde de bismuth non dissous.

Mélange d'acétate de cuivre et d'acide phosphorique.

L'acide phosphorique précipite cet acétate en bleu clair, et. redissout le précipité s'il est employé en suffisante quantité: le solutum de phosphate acide précipite par l'acide hydrosulfarique, le prussiate de potasse , la potasse comme les sels de cuivre; l'eau de chaux le précipite en blanc bleuâtre,

et le nitrate d'argent en jaune, pourvu qu'on l'emploie en quantité suffisante.

Mélange d'acétate de cuivre et d'acide oxalique. L'acide oxalique précipite l'acétate de cuivre en bleu; mais il n'y a point de précipité si les dissolutions sont étendues. L'acide hydrosulfurique précipite ce mélange en noir, la po. tasse en bleu , l'ammoniaque en bleu , qu'un excès d'alcali redissout en donnant une liqueur bleu-céleste; l'hydrocyanate ferruré en brun marron, l'eau de chaux en blanc trèslégèrement bleuâtre, et le nitrate d'argent en blanc, qui devient olive par l'addition de la potasse.

Mélange d'acétate de plomb et de tartre émétique. Ces dissolutions sont décomposées, et il en résulte du tartrate de plomb insoluble et de l'acétate de potasse ; d'où il suit qu'on n'aura jamais à reconnaître un mélange de ces deux sels dissous. Si par hasard les deux sels étaient pulvérulens ou cristallisés, on les ferait bouillir avec du carbonate de potasse dissous, qui donnerait de l'oxyde de plomb et de l'oxyde d'antimoine insolubles, et de l'acétate et du tartrate de potasse dissous; la dissolution serait reconnue , comme il vient d'être dit à la page 222. Quant aux deux oxydes, après les avoir bien lavés, on les ferait bouillir avec de l'acide nitrique, qui dissoudrait seulement celui de plomb.

Mélange d'acétate de plomb et de nitrate d'argent. Si les dissolutions sont concentrées, on obtient un précipité cristallin, soluble dans l'eau ; ce solutum précipite en noir par l'acide hydrosulfurique, en jaune-serin par la potasse (ce qui est d'autant plus extraordinaire que l'acétate de plomb

précipite en blanc, et le sel d'argent en olive par le même alcali); en blanc par les sulfates, en rouge-brique mêlé de jaune par les chromates, en jaune par les hydriodates, en blanc par l'ammoniaque et l'acide hydrochlorique.

On analyserait ce mélange en l'étendant d'eau, et en y versant de l'acide hydrochlorique qui précipiterait l'argent à l'état de chlorure, et laisserait le chlorure de plomb en dis solution.

Mélange d'acétate de plomb et de nitraie de bismuth. Si les dissolutions sont concentrées, il se produit un précipité blanc abondant, tandis qu'il n'a pas lieu sur-le-champ si elles sont suffisamment étendues : alors le solutum précipite en blanc par la polasse, en jaune par le chromate et par l'hydriodate de potasse, en blanc par les sulfates, en noir par l'acide hydrosulfurique.

On analyserait ce mélange en l'étendant de beaucoup d'eau, en l'acidulant avec de l'acide nitrique, et en y versant de l'acide sulfurique qui ne précipiterait que le plomb à l'état de sulfate, et laisserait du sulfate de bismuth en disa solution.

Mélange de tartre émétique et de nitrate d'argent. Ces dissolutions se décomposent réciproquement si elles sont concentrées; étendues d'eau, elles conservent leur transparence, et précipitent en chocolat par l'acide hydrosulfurique, en noir par la potasse : ce précipité est formé d'argent métallique et d'une certaine quantité d'oxyde d'antimoine: d'ou il suit que l'oxyde d'argent a perdu son oxygène, qui s'est porté sur une portion d'oxyde d'antimoine qu'il a fait passer à l'état d'acide antimonique. L'eau de chaux précipite ces dissolutions en olive clair qui devient violet loncé ;

15

VIII.

les acides hydrochlorique et sulfurique en blanc, la noix de galle en blanc grisâtre sale, le chromate de potasse en brique sale foncé, tandis que le chromate d'argent est rouge brique vif: on explique cette différence par l'action que l'émétique exerce sur le chromate de potasse, avec lequel il fournit un liquide vert foncé, composé d'oxyde de chrome vert, de potasse, d'acide antimonique et d'acide tartrique: d'où il suit que l'acide chromique a été décomposé par le protoxyde d'antimoine qui lui a enlevé une partie de son oxygène.

On analyserait ce mélange au moyen du carbonate de potasse qui précipiterait les deux oxydes. L'acide nitrique. bouillant dissoudrait celui d'argent et laisserait du peroxyde d'antimoine..

Mélange de tartre émétique et de nitrate de bismuth.

Il se forme un précipité tellement abondant, même lorsque les dissolutions sont étendues, qu'il est inutile de prévoir le cas où ces sels seraient dissous. S'ils étaient solides on les analyserait comme les précédens par le carbonate de potasse et l'acide nitrique.

Mélange d'émétique et de plusieurs acides. Les acides sulfurique, nitrique, hydrochlorique et phosphorique précipitent la dissolution d'émétique, en blanc; l'acide oxalique ne la trouble point; ce mélange est précipité en rouge par l'acide hydrosulfurique, en blanc par l'eau de chaux, en blanc, mais lentement, par la potasse; le nitrate d'argent y fait naître un précipité qui se dissout complétement dans l'ammoniaque, quoique le précipité que produit l'émétique dans le nitrate d'argent ne soit que partiellement soluble dans cet alcali (le tartrate d'argent se dissol

« EdellinenJatka »